Choisir la langue :
Master Biodiversité Écologie Évolution ( BEE )

Mars 2017: un nouveau témoignage d'ancien diplômé

Témoignage Diplômé Master BEE - Hélène Martin

Quel a été votre parcours de formation, quels stages en M1 et/ou M2?

Après un bac S, j'ai fait une année de fac en sociologie/psychologie à l'université de Bourgogne (Dijon). Je me suis ensuite réorientée en Biologie et j'ai suivi la licence "Biologie des Organismes et des Populations" toujours à Dijon. J'ai profité des programmes d'échange avec le Québec pour faire le dernier semestre de L3 à l'université de Sherbrooke. Intéressée par l'histoire évolutive du genre homo, j'ai ensuite fait un M1 en Anthropologie Biologique et Préhistoire à l'université de Bordeaux au cours du quel j'ai fait un stage au Museum National d'Histoire Naturelle à Paris sur l'étude d'ossements de tortue provenant de fouilles sur l'île de Tromelin. En manque de génétique, j'ai finalement rejoint le Master Gestion et Evolution de la Biodiversité (devenu Master BEE) de Lille. J'ai réalisé mon stage de M1 au sein de l'unité Evolution, Ecologie et Paléontologie (EEP), et il portait sur l'étude d'un isolement reproducteur chez la plante Silene nutans (phénotypage en serre et analyses statistiques). En M2, je me suis orientée dans la filière recherche. Mon stage de M2, réalisé au sein de l'unité EEP, consistait en une analyse phylogéographique chez S. nutans (génotypage et analyses de génétique des populations). A l'issue de mon M2 j'ai ensuite pu continuer en thèse toujours dans l'unité EEP.
 

Quel est votre poste actuel et dans quelle structure travaillez vous ?

J'ai récemment soutenu ma thèse qui portait sur l'étude des processus de spéciation et l'impact des systèmes de reproduction dans le genre Silene. Je vais bientôt commencer un postdoctorat à l'université de Laval à Québec, dans l'équipe de Christian Landry.
 

A quoi ressemble votre quotidien ? lespointes positifs et négatifs ?

Je fais essentiellement de l'analyse de données génomique. Comme j'ai de gros jeux de données, j'utilise des outils de bioinformatique pour les traiter. Je dois donc manipuler et créer des scripts (écrit en R notamment). Je me mets à jour dans la littérature scientifique pour replacer mes recherches et mes résultats dans une vision plus large et je rédige des articles sur mes résultats.

Points négatifs:
C'est un boulot prenant, qui prend très vite de la place dans la sphère privée. C'est dur de se déconnecter car il très facile le week-end et le soir de "juste répondre à tel mail", "juste refaire telle figure", ou "juste relancer une analyse".

Points positifs:
C'est un boulot stimulant. Je fait évoluer des projets au fil de mes résultats (ou de leur absence). Il y a toujours une nouvelle technique à découvrir, de nouvelles hypothèses à tester. Il y a beaucoup de collaboration avec des chercheurs, beaucoup de discussions qui permettent de faire avancer les projets. J'évolue dans un environnement très diversifiés ce qui permet de faire des choses très différentes pour un même projet : des expériences en serres, des relevés sur le terrain, des analyses de biologie moléculaire, de la modélisation, de la bioinformatique ...
Il y a beaucoup d'opportunités pour aller à l'étranger via des conférences, des collaborations internationales et des offres d'emploi (tel que les postes de postdoctorat).
 

Avez vous des conseils pour les futurs diplômés ?

Il ne faut pas croire que le stage que vous allez faire va définir toute votre vie. N'hésitez pas à explorer de nouveaux domaines et sauter sur les différentes occasions qui s'offrent à vous. Soyez curieux et ouvert à ce qui vous est proposé même si vous pensez que cela "ne vous servira pas", vous pourriez être surpris !